dimanche 8 décembre 2019 - 17:00

Paroisse St Vincent De Paul - 96 Boulevard Jean Jaurès, 92110 Clichy

PROGRAMME

MENDELSSOHN
Die Hebriden – Ouverture

CARACCIOLO
Impressions d’Italie pour basson et orchestre
Kaori Yokoyama, basson

WEBER
Andante & Rondo ungaresse pour basson et orchestre
1-Andante
2-Allegretto ungarese
Kaori Yokoyama, basson

SAINT-SAËNS
Symphonie N°2
1-Adagio marcato – Allegro passionato
2-Adagio
3-Scherzo : Presto
4-Prestissimo

Direction : Fabrice Caracciolo

Tarifs: Participation libre en faveur du Téléthon
OSC - Concert - MENDELSSOHN, CARACCIOLO, WEBER, SAINT-SAËNS

LE CONCERT

Felix MENDELSSOHN BARTHOLDY (1809-1847)

Jakob Ludwig Felix Mendelssohn Bartholdy est un chef d’orchestre, pianiste et compositeur allemand du début de la période romantique, né à Hambourg le 3 février 1809 et décédé à Leipzig le 4 novembre 1847. Après des succès précoces en Allemagne, il voyage dans l’Europe entière et est particulièrement bien accueilli en Grande-Bretagne, où, au cours de ses dix visites, sont créées plusieurs de ses œuvres majeures. Contemporain de Liszt, Wagner et Berlioz, son œuvre, très féconde pour sa courte vie de 38 ans : symphonies, concerti, oratorios, œuvres pour piano seul, musique de chambre…, témoigne de ses prodigieux dons musicaux. On lui doit par ailleurs la redécouverte de la musique baroque et surtout de Johann Sebastian Bach et Georg Friedrich Haendel, quasiment oubliés depuis leur mort.
Après une longue période de dénigrement due à l’évolution des goûts musicaux, il est redécouvert de nos jours et considéré comme un compositeur majeur de l’ère romantique.

Ouverture Die Hebriden (La Grotte de Fingal) (1830-1831)
Les Hébrides ou la Grotte de Fingal, opus 26, initialement intitulée L’Île solitaire, est une ouverture composée par Felix Mendelssohn au cours de l’hiver 1830-1831. La première représentation de l’œuvre eut lieu à Londres, le 14 mai 1832, sous la direction du compositeur.
Le thème de cette pièce symphonique, élaboré en Écosse durant l’été 1829, évoque le souvenir d’une excursion que le compositeur avait faite à l’île de Staffa, où se trouve la célèbre grotte de Fingal. L’œuvre fut remaniée à Paris en 1832 et prit alors son titre définitif. Les idées musicales de ce morceau nous font partager la mélancolie des paysages écossais et des lieux qui inspirèrent sa Symphonie n° 3 L’Ecossaise, et que l’on retrouve également dans les récits de Walter Scott (écrivain et poète écossais, 1771-1832). Cependant, cette œuvre n’a rien d’une musique descriptive. Elle relève, selon le musicologue Marc Vignal, d’« une vision impressionniste avant la lettre » et constitue le
« premier grand tableau marin de la musique romantique ».

Fabrice CARACCIOLO

Impressions d’Italie pour basson et orchestre (2011)
« J’ai composé cette pièce pour basson et orchestre à l’occasion de mes vingt ans à la tête de l’Orchestre Symphonique de Clichy.  Violoncelliste de formation, j’ai été particulièrement ému par  l’Elégie de Fauré, pièce très mélancolique. J’ai voulu, dans Impressions d’Italie, décrire les sentiments exaltés à l’italienne,  à l’instar d’une musique d’un film de Fellini par  Nino Rotta : colère, résignation retenue, souvenirs qui apaisent puis déchaînent un paroxysme de douleur ; et enfin, les échos d’une valse partagée qui apporte paix et consolation. » – F. Caracciolo

Carl Maria von WEBER (1786 – 1826)

Carl Maria von Weber, né en 1786 à Eutin en Allemagne, commence sa formation pianistique dès l’âge de 10 ans et étudie l’écriture musicale avec Michael Haydn, puis avec son frère Joseph Haydn. Entre 1813 et 1816, il occupe le poste de directeur de l’Opéra de Prague. Fort de ses nouveaux enrichissements musicaux et ayant affiné sa connaissance des répertoires lyriques, il entreprend une rénovation du répertoire de théâtre et entame une sérieuse réflexion sur les œuvres opératiques, autant sur leur forme que sur leur contenu. En 1817, il prend la tête de l’Opéra allemand de Dresde. Il cherche à mettre fin à l’hégémonie italienne dans le monde de l’opéra et fait la promotion d’un nouvel art scénique et dramatique allemand. Il se consacre jusqu’en 1821 à la composition de son chef-d’œuvre, Der Freischütz. La création de l’œuvre a lieu le 18 juin 1821 au Königliches Schauspielhaus à Berlin. C’est un véritable triomphe et l’opéra incarne dès lors la consécration de l’opéra romantique allemand. Weber voit sa notoriété et sa carrière décoller. L’Opéra de Vienne lui commande un opéra, Euryanthe, dont la première eut lieu en 1823. Dans cette œuvre, certains passages musicaux annoncent déjà la dramaturgie et le style de Wagner.
Le compositeur meurt de la tuberculose à Londres en 1826.
Weber laisse derrière lui une production d’une qualité musicale et dramaturgique incontestable. Son œuvre opératique aura une très grande influence sur les compositeurs du XIXème siècle au niveau de l’orchestration, des tournures mélodiques et dramaturgiques.

Andante e Rondo ungarese pour basson et orchestre (1813) – Orchestration Fabrice Caracciolo

En 1809, Weber compose une première version pour alto et orchestre de l’Andante e Rondo ungarese puis, en 1813, la remanie  en une version pour basson et orchestre.
A l’occasion de ce concert, Fabrice Caracciolo réorchestre l’œuvre ; il ne conserve qu’un seul basson dans l’accompagnement et ajoute deux clarinettes. Il choisit également de faire jouer les trompettes et les percussions dans l’Andante.
L’Andante est écrit sous la forme « Thème et variations ». Il débute par une mélodie mélancolique qui sied parfaitement à la sonorité du basson.
Le Rondo ungarese, très rythmé, évoque les danses populaires. Comme dans l’Andante, il est écrit sous la forme « Thème et variations », mettant en valeur la virtuosité du soliste et les possibilités du basson.

Camille SAINT-SAËNS (1835-1921)

Enfant prodige, Saint-Saëns compose de nombreuses pièces et acquiert rapidement une renommée significative. En 1871, il crée la Société Nationale de Musique, qui a pour dessein de promouvoir les compositeurs français contemporains. Il prend position en faveur du poème symphonique, genre nouveau notamment représenté par Franz Liszt. Maître de l’orchestration, Saint-Saëns laisse un opus considérable en musique de chambre, mélodies et formes chorales. En 1877, son opéra Samson et Dalila remporte un succès immense. Saint-Saëns est l’un des plus grands pianistes de son époque et à l’instar de Beethoven, un grand maître de l’improvisation.
Saint-Saëns obtient plusieurs récompenses pour l’ensemble de son œuvre, participe à des projets de musique de scène, et écrit la première musique de film (pour L’Assassinat du duc de Guise).

Symphonie n° 2 (1859)

Saint-Saëns compose cette symphonie à l’âge de vingt-quatre ans. Créée le 20 février 1859 à Leipzig, elle porte en elle les prémices de la célèbre Symphonie n° 3 avec orgue qu’il composera vingt-sept ans plus tard. L’influence de Beethoven est présente : Saint-Saëns réutilise dans le final  les thèmes des trois premiers mouvements.
1- Adagio marcato – Allegro passionato. Ce premier mouvement commence par une mystérieuse introduction Adagio marcato  : Saint-Saëns utilise des ruptures de tempo, oscillant entre rythmique et mélodique. Puis le thème vigoureux de l’Allegro passionato apparaît. Il sera repris plusieurs fois en style fugato (imitation). Ce thème est répété avec différentes nuances et circule dans  tout l’orchestre, mettant en valeur le talent d’orchestrateur de Saint-Saëns. Le second thème,  remarquablement mélodique, tranche avec le premier qui sera repris à la fin du mouvement avec une très grande virtuosité. Contrairement aux grandes symphonies de Beethoven ou à sa Symphonie n°3, il n’y a cependant aucun développement dans cette œuvre de jeunesse,
2- Adagio Le premier thème léger, aérien, au charme suranné, est suivi d’une seconde idée mélancolique et chantante, grâce à l’intervention du cor anglais. Ce court mouvement se conclut par la reprise du thème initial, passage qui figurera comme autocitation dans le quatrième et dernier mouvement.
3- Scherzo : Presto L’étrange scherzo commence très vigoureusement par un thème fougueux, suivi d’une deuxième idée aux accents démoniaques, rappelant la Marche au supplice de la Symphonie fantastique de Berlioz.
Suit rapidement un trio contrastant : l’ambiance est légère, sautillante, insouciante. Saint-Saëns évite la reprise traditionnelle du trio et le scherzo s’achève en se délitant, comme une interrogation.
4- Prestissimo Le final est construit sous la forme d’un mouvement perpétuel staccato, très enjoué. Cependant, après quelques mesures, Saint-Saëns reprend le thème du mouvement précédent, mêlant ainsi le troisième et le quatrième mouvement, comme le fit Beethoven dans sa cinquième symphonie. Nous constatons que ce mouvement est le plus développé de la Symphonie.
Nous pouvons imaginer que Saint-Saëns a conçu cette symphonie comme une grande improvisation : sa prochaine symphonie, la troisième, fera intervenir l’orgue, instrument de prédilection  des improvisateurs.

LA DISTRIBUTION

Kaori YOKOYAMA

Basson

Née au Japon, Kaori Yokoyama a obtenu un premier prix de basson et basson baroque dans la classe de Ryohei Nakagawa, Masahito Tanaka et Kiyotaka Dosaka à l'université Toho Gakuen (Tokyo), puis les médailles d'or et premier prix de basson, musique de chambre et formation musicale dans la classe de Amaury Wallez au Conservatoire à Rayonnement Régional de St Maur, basson baroque dans la classe de Nicolas André au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Blois, ainsi que les diplômes d'analyse, d'écriture, de clavecin et de basse continue au clavecin au Conservatoire à Rayonnement Régional de Créteil et au Conservatoire à Rayonnement Intercommunal d'Alfortville.
Lauréate du Concours musical d'Ile-de-France et du Concours Léopold Bellan, elle joue avec divers orchestre japonais et français, en tant que concertiste (concerti de Mozart, Vivaldi, Telemann, Rossini) ou basson solo (Opera Sinfonia, Orchestre Coruscant, Renouveau Lyrique Orchestre, Opera e mobile, Les Versceaux du Loing, Camerata Sait-Louis, Les Sorbonne Scholars...).
Avec l'Orchestre Symphonique de Clichy, Kaori Yokoyama a interprété les concertos pour basson et orchestre de Mozart et de Hummel.